ÉVÉNEMENT DU MOIS  
   

Services et programmes

Historique

 LES (Lieu d’enfouissement sanitaire)

Le site d'enfouissement de Saint-Flavien (site A) est en opération depuis 1980. Ainsi, de 1980 à 1998, soit 18 ans de durée de vie, le site fonctionnait par atténuation. C'est à dire que les déchets étaient enfouis sur le sol naturel (sable) suivi d'un recouvrement journalier. De plus, le certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement prévoyait une géométrie très précise du lieu d'enfouissement sanitaire (L.E.S.).

Travaux de réhabilitation

En 1994, le ministère de l'Environnement met sur pied le Plan d'Action pour l'Évaluation et la Réhabilitation des Lieux d'Enfouissement Sanitaire. (PAERLES). Suite à ce plan d'action, la MRC reçoit son certificat de conformité, en 1996, dans lequel certaines modifications doivent être apportées. Par exemple, la pente des déchets sur le dessus du site passe de 2% à 5%, ce qui permet au site d'enfouissement de prolonger sa durée de vie jusqu'en 1998. L'autre modification majeure consiste à reprofiler le site d'enfouissement selon la géométrie initiale et recouvrir ce dernier d'une couche imperméable d'argile.

 Les travaux de réhabilitation du site A se sont échelonnés sur une période de trois (3) ans, soit en 1997, 1998 et 1999. Les travaux consistaient sommairement à :

  • Relocaliser les déchets;
  • Ajuster la couche de sable de 300 mm;
  • Mise en place de la couche imperméable d'argile de 450 mm (perméabilité de 1x10-6 cm / s.);
  • Mise en place de la couche de protection de sable de150 mm;
  • Mise en place de la couche de terre végétale de 150 mm;
  • Ensemencement
  • Pose des évents pour l'évacuation des biogaz;
  • Construction du réseau de drainage périphérique.

 L'ensemble des travaux de réhabilitation a coûté 1 million de dollars, incluant les frais de financement et les honoraires professionnels. Ces travaux ont été exécutés par l'entrepreneur Lemay-Croteau de Saint-Édouard.

  

LET (Lieu d’enfouissement technique)

Voyant son L.E.S. atteindre sa pleine capacité, la MRC enclenchait le processus d'agrandissement du site d'enfouissement auprès du ministère de l'Environnement en 1994. Après avoir réalisé une étude d'impact sur l'environnement en 1995, après avoir passé par le Bureau d'Audience Publique sur l'Environnement (B.A.P.E.) en 1997 et après avoir obtenu le décret gouvernemental ainsi que le certificat de conformité en 1998, la MRC a débuté les travaux d'agrandissement du site d'enfouissement à l'été 1998.

 Le nouveau site d'enfouissement que l'on appel site B, est un site de nouvelle génération. C'est à dire qu'il existe deux niveaux de géomembrane étanche qui protège le fond des cellules d'enfouissement. En conséquence, les eaux, qui sont captées, sont envoyées dans des bassins de traitement construit à cet effet. Donc, depuis le 1er décembre 1998, le site B est en opération et ce, pour une période estimée à 35 ans de durée de vie. Une balance à camion a été installée à l'entrée du site pour connaître avec exactitude le tonnage des déchets qui y sont enfouis.

  

Recouvrement final du LET

Au fur et à mesure que les cellules d’enfouissement techniques (LET) atteignent leur capacité, la MRC de Lotbinière est tenu de mettre en place un recouvrement final étanche. Contrairement à l’ancien lieu d’élimination, le recouvrement final étanche n’est pas composé d’argile, mais plutôt d’une géomembrane PeHD.

 À ce jour, le recouvrement final a été mis en place sur 4 phases distinctes.

Géomembrane PeHD

 Station de traitement

Dès l’aménagement du LET, un bassin d’accumulation et un bassin aéré ont été aménagé pour traiter les eaux de lixiviation en provenance des nouvelles cellules. La MRC a été obligée d’intégrer un système de polissage des eaux de lixiviation pour répondre à l’augmentation des charges et des volumes.

 Par la suite, le système de polissage a dû être revu puisque la capacité de traitement de la station avait atteint sa limite. C’est alors qu’un processus de révision de la station s’est amorcé. C’est à l’hiver 2009-2010 que la révision de la station de traitement a été complétée après près de 6 mois de travaux de construction.

 La nouvelle station permet dorénavant à la MRC de Lotbinière de traiter les eaux de lixiviation durant toute l’année puisqu’elle est équipée de plaques chauffantes qui permettent de maintenir l’eau à traiter à des températures permettant de rabattre efficacement les concentrations d’azote ammoniacal (NH4), car les bactéries nitrifiantes ont besoin d’au moins 10oC pour travailler efficacement.

 La nouvelle station est de type SMBR (suspended media Bio-reactor ou réacteur biologique sur lit fluidisé). Les travaux ont été réalisés au coût de 1,5 millions de dollars et permettent depuis de traiter les eaux de lixiviation du LET de Saint-Flavien avec une grande efficacité.

 

Pour visualiser le diagramme du procédé de traitement des eaux de lixiviation cliquez ici.

Tous droits réservés / Copyright © 2017, MRC de Lotbinière
Conception : Pogz / iClic